Le FIFIG fait cap sur les petites Antilles

Vous n’en avez peut-être jamais entendu parler, mais chaque année, et ce depuis 17 ans, le FIFIG s’installe sur l’île de Groix, faisant ainsi la joie de ses habitants ainsi que des vacanciers. Rien à voir, donc, avec le FIFIB, ni avec le FIFH, que les Bordelais et autres Girondins connaissent déjà certainement. S’il est toujours question de septième art, il s’agit plus précisément de films insulaires, et vous l’aurez deviné, nous allons vous raconter notre épopée au Festival International du Film Insulaire de l’île de Groix.

IMG_20170825_171530
« Un mot pour résumer votre émotion ? In-groi(x)yable »

Alors, Groix, qu’est-ce-que c’est donc que cet endroit ? L’île de Groix est une des nombreuses petites îles bretonnes appartenant au territoire métropolitain français. Située au large de la ville de Lorient, elle abrite environ 2200 âmes à l’année, et reçoit la visite d’une dizaine de milliers de vacanciers en saison estivale. Les maisons y sont mignonnes, les paysages jolis, les plages agréables, et le cinéma charmant. Groix a été plusieurs fois portée sur le grand écran, notamment dans le film « Marie et les Naufragés » de Sébastien Betbeder, que nous vous conseillons par ailleurs vivement (de même que tous les autres films du réalisateur parce-qu’on l’aime très fort) (on vous fera un article un de ces jours).

IMG_2757
On arriiiive

Et les films insulaires, dans tout ça ? Chaque année, l’île accueille un festival de cinéma insulaire, c’est-à-dire mettant en avant des productions îliennes provenant du monde entier, ou continentales mais traitant de problématiques insulaires. C’est aussi l’occasion d’inviter une autre île, ou un archipel, à venir présenter sa culture à travers le cinéma, avec le choix d’un thème qui court tout au long du festival, en l’occurrence cette année celui des Petites Antilles. Attendez vous donc à ce que nous vous parlions d’îles dans tous les sens.

Tout a commencé lors d’une belle journée d’août sur les terres bretonnes encore ensoleillées, agrémentées d’une légère brise venant nous chatouiller les oreilles bercées par le chant des mouettes. Nous sommes à Lorient, prêts à embarquer sur le bateau nous menant bientôt en patrie groisillonne, armés de nos sacs-à-dos ainsi que de notre tente, notre matelas, notre gonfleur de matelas, nos sacs de couchage, notre magazine de mots-fléchés et autres trucs indispensables au camping.

Notre arrivée à Groix se fait sans tracas, nous installons bien vite notre tente dans le camping plus ou moins sauvagement organisé dédié, où nous allons élire domicile pour les trois prochaines nuits. Avis aux aventuriers, le camping est un site gratuit mis à disposition pour le festival, avec des sanitaires à la propreté approximative, des douches à l’eau froide (genre, très froide), et des voisins plus ou moins là pour le festival (plus pour faire la fête très tard que pour aller voir des films par exemple). Il vaut mieux être au courant !

Trois documentaires testés et approuvés :

Be Jam Be – The Never ending song
Caroline Parietti et Cyprien Ponson partent sur l’île de Bornéo, à la rencontre des Penan, en lutte contre la destruction de leur environnement. Un film tourné, monté et raconté au rythme de la forêt.

https://player.vimeo.com/api/player.js

Les Ramasseurs d’Herbes Marines
Par Maria Murashova. Un village perdu sur l’une des îles Solovki en Russie. Aucun habitant, ou presque : chaque année, quelques saisonniers viennent y pêcher des algues…

https://player.vimeo.com/api/player.js

The Islands and the Whales
Un film de Mike Day. La pêche à la baleine est aujourd’hui considérée par beaucoup comme immorale. Mais aux îles Féroés, c’est aussi un héritage, une pratique traditionnelle, que certains habitants tiennent à perpétuer.

https://player.vimeo.com/api/player.js

 

Pour résumer, le FIFIG c’est : une riche sélection de films documentaires, de longs métrages et de courts métrages qui font réfléchir; des concerts tous les soirs en lien avec la programmation; une cantine pas chère et super bonne pour prendre des forces entre deux films; des paysages superbes; pas trop de monde; du breizh cola; des crêpes des crêpes des crêpes; et il a même pas plu !

Tous à Groix ! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s