Escapade géorgienne : paysages, rencontres et chacha

L’histoire commence après quelques bières au Fiacre, ce bar bordelais où l’on aime à se retrouver après une longue journée de travail. Au détour d’une conversation, deux de mes compatriotes, respectivement Normande et Breton, parlent d’un projet de voyage en terre géorgienne. C’est alors que je me demande : « et pourquoi pas moi ? ».

La Géorgie, vous situez ? C’est ce petit pays, qui n’est finalement pas si petit que ça, situé entre l’Orient et l’Occident, la Russie et la Turquie, la Mer Noire, l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Ancienne république soviétique, la Géorgie excelle dans de nombreux domaines, notamment le vin, les raviolis, et les paysages, ce qui donne déjà trois excellentes raisons de s’y rendre.

Je me joins donc à mes deux camarades pour cette escapade exotique. Résultat : une semaine hivernale, sur les bords de l’Europe, soit une aventure chargée en émotions et en souvenirs que je recommande sans hésitation ! Et si un tel voyage vous tente, je suis sympa, je vous donne notre itinéraire, ma foi plutôt satisfaisant, qui vous aidera peut-être dans vos préparatifs.

 

Jour 1/2 – L’aéroport et nos premiers pas géorgiens

IMG_3139
Vue du hublot de l’avion

Départ de Bordeaux pour Paris CDG, où nous nous nourrissons au sein de Marks & Spencers avant d’entamer notre première nuit aéroportuaire, pas si mauvaise que ça !
Décollage matinal direction Tbilissi en passant par Kiev, où nous faisons escale, juste le temps de manger un hot-dog et de boire un peu d’eau (s’hydrater, c’est important).
Arrivée à Tbilissi dans l’après-midi, et première soirée géorgienne autour de la table d’Anita, notre hôte géorgienne.

 

Jour 3 – Découverte d’une capitale éclectique

Visite de Tbilissi, sa vieille ville, ses pavés, ses couleurs, son bazar, ses restaurants de Khrinkalis, son pont en forme de serviette hygiénique… La capitale géorgienne est très particulière car elle est à la fois très ancienne, très moderne, très communiste mais aussi très orientale (ça fait beaucoup !). Chaque coin de rue apporte une nouvelle ambiance et, de ce fait, y déambuler est un vrai plaisir.

 

Jour 4 – Le grand air !

Réveil tardif suite à la découverte de la vie nocturne de la veille qui n’a rien à envier aux autres capitales européennes ! Après un petit-déjeuner assez tardif, départ pour un peu de paysages et de nature, direction Mskheta (prononcez « Msréta »), située à environ 40 minutes de taxi de Tbilissi. Plusieurs sites sont à visiter, notamment le monastère de Djvari et la cathédrale de Svétitskhovéli.
Nous testons ensuite pour la première fois les marshrutka, sorte de mini-bus collectif, pour nous rendre à la prochaine étape du voyage : Gori.

 

Jour 5 – Gori avec Nukri

Les Géorgiens sont réputés pour leur hospitalité, chose confirmée déjà à Tbilissi, et à nouveau à Gori. Nous logeons à la Nukri’s Guest House, et, alors que son fils nous avait accueillis la veille à grands renforts de Chacha, de bon petits plats tout chauds et de discussions autour des traditions et de la politique géorgienne, Nukri, lui, nous emmène visiter sa région toute l’après-midi. Nous communiquons grâce à l’application Google Translate, et il nous emmène voir l’Eglise orthodoxe, le Musée de Staline, et la cité troglodyte (quel joli mot !) de Ouplistsikhé, avant de nous déposer à la gare.

Prochaine étape : Koutaïssi, à bord du train le plus lent de l’univers et qui s’arrête toutes les dix minutes, ce qui est loin de nous déplaire. Quatre heures de train, le temps d’écrire nos journaux de voyages, de voir passer les mamies qui vendent toutes sortes de babioles, de penser à toutes les belles choses qu’on a déjà vues et à celles que nous allons découvrir…

 

Jour 6 – Koutaïssi et Prométhée 

Pause pizza et shots au doux nom de « Hiroshima » lors de notre arrivée tardive à Koutaïssi. Nous visitons la ville le lendemain, avec l’idée de monter à bord du téléphérique (à ne pas confondre avec un funiculaire, ce n’est pas pareil !). Finalement, nos pas nous mènent au marché de la ville, une véritable surprise ! C’est le moment d’un peu de shopping, d’un café offert par une gentille dame, et de la recherche de l’objet le plus insolite du lieu. Nous partons ensuite visiter la grotte de Prométhée, à la décoration, pour le moins, originale, en tous cas fort colorée, le tout accompagnée d’une petite musique des plus agréables !

 

Jour 7 – Batoumi : c’est la Mer Noire !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous logeons au Surf Hostel à Batoumi, et nous sommes à mon avis les seuls touristes de la ville ! La station balnéaire, très populaire en été, n’attire guère les foules en plein mois de décembre… Ce qui donne à la ville une ambiance très particulière, comme si elle était un peu éteinte, ou en attente. Nous réussissons finalement à prendre le téléphérique ici, qui nous fait survoler les petites maisons le long des chemins escarpés, et on profite d’une vue magnifique à l’arrivée. Les pêcheurs du port, eux, ne font pas attention à nous, alors que nous les regardons faire. Et le Chacha Time, bar-restaurant (avec de très bons burgers, et de très bons cocktails), nous compte déjà parmi ses habitués.

 

Jour 8 – Retour à Tbilissi

Il faut maintenant entamer la grande traversée dans le sens inverse, pour rejoindre la capitale où nous prenons l’avion le lendemain, à l’aube. Cette fois, nous n’avons pas le temps de prendre des chemins détournés, ce sera TGV : Batoumi-Tbilissi en seulement quatre heures ! Départ à 6h, nous voulions profiter du lever du soleil, mais le sommeil a eu raison de nous… A Tbilissi, derniers achats de souvenirs, derniers khrinkalis, derniers toasts portés à nos amies et amis géorgiens, et enfin, dernier taxi. Heureusement, les cafés et les boutiques sont ouverts à l’aéroport, et ce toute la nuit, ce qui permet au moins de nous distraire un petit peu.

Les mots clés du voyage en Géorgie :
Accueil ; Khrinkalis ; Katchapouris ; Vin ; Chacha ; Toasts ; Mashroutka

Et un énorme მადლობა à : Magda et Shako pour leurs conseils, Anita, Marikaaaa, Mariam, Nika, Zuka, Nukri, et bien sûr Emeline et Philippe, mes petits khrinkalis adorés. 

IMG_20171220_000958.jpg

 

Une réflexion sur “Escapade géorgienne : paysages, rencontres et chacha

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s