BalkansGo #2 : De Dubrovnik à Kotor 

​11/08 : 3ieme jour et dernier à Dubrovnik

La journée commence par un café. La ville n’a pas changé. De grandes bâtisses aux pierres blanches, un dédale alternant grandes allées et petites ruelles. À chaque coin de rue, on peut découvrir une église ou un bâtiment d’exception.

C’est un petit Bordeaux aux charmes italiens. Une ville croate magnifique, baignée par le Soleil et cerclée par l’Adriatique.

Malgré ses airs de paradis, la foule, ces touristes peu enclins aux politesses et à la propreté douteuse, inonde à grands flots les pavés lisses de Dubrovnik.

Sans excès, Jeanne nous rappelle que « si on reste un jour de plus, je m’en fais un ».

Ainsi nous avons décidé d’un commun accord de quitter la ville pour Kotor au Monténégro. La premier étape a été de trouver la gare routière. Il a fallut pour cela un joli tour de bus qui nous a amené dans la banlieue croate. Grand lieu d’ouverture aux cultures étrangères, nous y avons découvert de jolis tags représentant un drapeau confédéré et une croix gammée. Nous sommes donc bien sagement reparti vers notre but. Arrivés à la gare, nous avons pris le bus (100 kunas) em direction de Kotor. Jusqu’à la frontière du Monténégro, les paysages sont très banals. De longues routes serpentent le long de collines rocheuses, séchées par le soleil, d’où s’élèvent des champs d’oliviers et finissent par se jeter droit dans une mer aux multiples bleus.

Arrivés au Monténégro, les collines deviennent montagnes et la mer rentre dans les terres pour former un Fjord. Le bus le traverse sur une petite péniche. Puis nous passons un tunnel. Quand la lumière jaillit, les montagnes se font plus cisaillées, ce sont des lames de rocs qui poussent vers le ciel. On distingue au loin Kotor, citadelle au bord du Fjord protégée par un château-fort haut perché sur les hauteurs d’un des pics et dont les murailles épousent les pans de la montagne.

Peu de place pour l’imagination, cette petite ville est un rêve.

Photo : en mode tranquille sur le bateau-peniche

Signé Loïc el dictator

PS : Diara est passée sous un bus (mais sans dommage)

PPS : Ca ne sent plus le vinaigre tout va bien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s