La Réole : une virée en Entre-deux-Mers

Le mois de juin n’est même pas encore là et pourtant les beaux, voire plus que beaux jours sont déjà arrivés à Bordeaux. C’est vrai qu’on a l’habitude de profiter d’un été plutôt clément dans notre belle région, qui attire par ailleurs un grand nombre de touristes et d’anciens locaux récemment expatriés à la capitale, d’où les plages bondées que nous connaissons tous et contre lesquels nous pestons. Et oui, pas facile d’être victime de son succès !

Aujourd’hui, donc, on ne vous conseillera pas d’aller à la plage, cet endroit plein de sable qui colle à la peau, avec des gens et des glacières, des bobs sur la tête et des parasols rétros, des pieds nus et des bedaines… Vous en conviendrez tout ceci est peu attrayant. Mais tout n’est pas perdu : pour prendre un bol d’air frais dans une petite ville-bourgade où il fait bon vivre, il vous suffit de remonter la Garonne en amont et de vous arrêter à La Réole, commune de l’Entre-deux-Mers (les deux mers en question étant la Dordogne et Garonne, c’est pas vraiment vraiment des mers stricto-sensu mais entre-deux-rivières c’était moins joli), située à environ une heure de voiture (ou de train) de Bordeaux.

IMG_0117
La Réole, ville d’art et d’histoire, porte de l’Entre-deux-Mers

A La Réole, vous ne manquerez pas de distraction, de quoi tenir au moins une journée complète (minimum !). Déjà, la ville porte un sobriquet plutôt rigolo, à l’homophonie cocasse. En réalité, le nom de la ville vient du fait qu’elle abritait un monastère Bénédictins, c’est-à-dire fondé en référence à la Règle de Saint-Benoit, elle même fondée par un super moine répondant au doux nom de Saint-Benoit de Nursie qui a vécu au VIe siècle. Vous pouvez toujours visiter cet ancien monastère qui abrite désormais l’Hôtel de ville. L’ancien Hôtel de ville, lui, vaut également le détour : outre de grandes arches plutôt jolies, on y trouve désormais des expositions temporaires de peintures et de sculptures, d’artistes locaux ou non.


A La Réole, vous pouvez aussi tout simplement flâner, en suivant les panneaux « voix pédestre » (qui bien souvent sont positionnés de telle façon à vous faire tourner en rond, l’itinéraire est à revoir) ou au gré de vos envies. Vous croiserez certainement sur votre chemin au moins une des sculptures aux formes voluptueuses de l’artiste Jean-Louis Toutain. Attention, ces dernières quittent la ville bientôt ! La ballade le long de la Garonne est par ailleurs une des plus agréables, surtout le samedi matin quand le marché prend place sur les quais, l’occasion de manger un tas de trucs bons ou d’acheter des légumes frais (mais surtout de manger un tas de trucs bons). En traversant le pont, vous pourrez, de l’autre rive, admirer les façades un peu vieillies mais toujours charmantes de la ville.


A La Réole, n’hésitez pas non plus à aller rendre visite aux nombreuses petites boutiques que les ruelles vous laisse découvrir à chaque détour, ainsi qu’à l’église qui trône à coté de la mairie. Cette dernière a retrouvé en 2015 son orgue plutôt gigantesque entièrement restauré, disposé de telle façon à ce qu’il cache quelques vitraux, ce qui est un peu dommage, mais bon, allez savoir comment les architectes se sont débrouillés. Dernière visite plutôt insolite, direction l’ancienne prison pour femmes de La Réole, de temps en temps transformée en espace culturel. Y étaient récemment exposés les dessins de Pierre Laville, un dessinateur et aquarelliste et peintre et autres activités artistiques en tout genre, mais aussi ancien professeur d’arts plastiques, originaire de la ville (c’est le cas de le dire).

Ce diaporama nécessite JavaScript.


A La Réole, enfin, vous devrez (oui, c’est une obligation) vous rendre au restaurant l’Échoppe, où vous pourrez goûter à une spécialité locale (bon, plus ou moins locale, mais quand même avec des ingrédients locaux) : la crêpe bretonne. A l’intérieur ou sur la terrasse, le midi comme le soir, pour un plat ou un dessert (ou les deux), l’Échoppe est un havre de nourriture fortement qualitative doublé d’un accueil presque aussi agréable que la première bouchée d’une crêpe bien garnie et d’une gorgée de cidre quand on a très faim et soif (c’est vous dire !). En plus c’est même pas cher, 16 euros pour le menu des gros mangeurs comme moi avec cidre, crêpe géniale salée, crêpe géniale sucrée et café. Et oui, je sais, c’est impressionnant
.

IMG_0063
Une crêpe « Bicyclette Bleue » pour se ravitailler après cette belle escapade

En attendant votre excursion, pensez à rester bien hydratés lors de ces chaudes journées, par exemple en buvant un petit verre bien frais d’Entre-deux-Mers, dont on vous parlait déjà ici.

Et l’eau, n’oubliez pas l’eau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s