Islande #5 – Une île musicale

Ah, l’Islande, terre volcanique, terre cascadique, terre photogénique, et, bien sûr, terre artistique.

Les Islandais, nos faux-vikings préférés, sont très (très) fiers de leur scène culturelle : peinture, sculpture, littérature, et, bien sûr, et j’ai presque envie de dire, surtout, leur musique. A chaque visite guidée, vous aurez sûrement droit à toutes les anecdotes numériques possibles, comme par exemple « Saviez-vous que l’Islande est le pays avec le plus de prix de Nobel, comparativement à sa population ? Et oui, 1 pour 300 000 habitants. Impressionnant hein ? » ou bien « Malgré notre petitesse, nous avons deux orchestres symphoniques vous savez ». Alors oui, on peut dire que c’est quand même un peu tricher de tout ramener à la taille comme ça, mais il faut reconnaître que les Islandais s’y connaissent quand il s’agit d’arts.

WP_20151106_006
Je partage avec vous quelques aquarelles réalisées par Didda, proprio’ et artiste

Dans cet article, je vais donc vous parler de la scène musicale de notre île polaire chérie.

Alors, bien sûr, on ne peut pas parler de musique islandaise sans évoquer Björk, icône internationalement, que dis-je, universellement connue, notamment pour son style très particulier. On adore, ou on aime moins, en tout cas elle ne laisse personne indifférent (à part peut être, les Islandais eux-mêmes, qui semblent s’être lassés de sa notoriété). Personnellement, je n’aime pas toutes ses chansons, mais j’en adore certaines, et j’admire vraiment son originalité. C’est, de plus, une artiste sans prétention, ce qui est appréciable. Il paraît qu’une fois, en tournée quelque part dans le monde, un de ses musiciens est tombé malade. Qu’a t-elle fait pour lui trouver un remplaçant ? Elle a mis une petite note sur le tableau d’annonces de l’université la plus proche. Vous imaginez ? « Cherche musicien, signée Björk ». Bah quoi ? De plus, elle a récemment utilisé sa notoriété pour une cause environnementale qui la tient à coeur : la protection des paysages islandais contre l’exploitation de l’énergie hydraulique par des sociétés étrangères. Non vraiment, moi je dis chapeau bas.

Ma préf’ (bon, ok, une de mes préf’), Flétta , en duo avec Anthony and the Johnsons. C’est une des chansons qui déclenche chez moi un torrent de larmes et des contractions du coeur si je l’écoute dans un moment pas top. Ce que je fais toujours, évidemment.

Mais on est pas ici pour parler de Björk. Björk, vous connaissez, je n’ai rien à vous apprendre de plus, et si, vraiment, son histoire vous intéresse, Google est là pour vous aider (ou même mieux, utiliser plutôt Ecosia, un moteur de recherche qui aide à planter des arbres, oui oui)

Passons maintenant au deuxième groupe le plus connu d’Islande, j’ai nommé Sigur Rós, que vous avez peut-être pu découvrir dans l’épisode du Purple Wedding de Games of Thrones (mais j’espère que vous connaissiez avant comme même). En effet, ils interprètent la fameuse chanson « Rains of Castamere », en personne, lors du mariage du méchant Joffrey. Mais Sigur Rós, c’est bien plus qu’une simple apparition dans une série ultra méga connue. Ils avaient déjà sorti de nombreux albums auparavant, notamment Takk… et celui où ils courent tout nus sur la pochette, qui contiennent des mélodies plus belles les unes que les autres. Sigur Rós, c’est aussi une série de vidéos, chacune à la manière d’un court-métrage, dont ma préférée Fjögur píanó, starring Shia LaBeouf himself. Enfin, leur dernier projet intitulé Circe et sorti en août dernier, est la bande originale d’un documentaire (avec images inédites) sur l’art du cirque. Ah, et ils sont en ce moment même en train d’enregistrer un nouvel album. Bref, c’est divers, c’est varié, c’est beau, c’est Islandais.

Pour bien commencer la journée, je vous conseille Gobbledigook de l’album Með suð í eyrum við spilum endalaust. Si vous vous demander encore pourquoi je ne parle toujours pas l’Islandais après quatre mois sur l’île, ceci vous sert de piste de réflexion.

Bon, est-ce-que je vous parle de Of Monsters and Men maintenant ou eux aussi c’est bon on connaît ? Leur musique est cool et leurs clips aussi. C’est vrai qu’on a tendance à s’en lasser un peu tant ils passent à la radio, mais bon, on leur en veut pas. Ils ont récemment effectué une tournée mondiale qui les emmené jusqu’au sud de l’Afrique du Sud, donc vraiment loin de chez eux pour le coup, et on leur souhaite encore pleins de réussite. Sinon, c’est le genre de musique qui passe quand même toujours, et satisfera à peu près tout le monde en voiture, même si le trajet dure une semaine (ne demandez pas à mes compagnons de route ce qu’ils en pensent, ils n’y connaissent rien). Et, oui, ils sont également Islandais. Et ils sous-titrent leurs chansons ! Vous pouvez faire des karaokés de ouf en soirée (tout en regardant un beau clip en plus !), et cela est un avantage non négligeable. Voilà voilà…

Poussez la chansonnette sur I Of The Storm, ou Empire, ou n’importe laquelle en fait, à force de les écouter je n’arrive plus trop à faire la différence.

Dans le prochain article, il sera temps de passer aux groupes (un peu) moins connus, mais qui valent toutefois le détour, voire même plusieurs détours. On parlera entre autres de Axel Flovent, Vök, Soley, du festival Iceland Airwaves… tout ça tout ça !

269981_164427943680919_628311106_n
Illustration de Karin Kurzmeyer, « Iceland seen through foreign eyes ». Véridique.

Une réflexion sur “Islande #5 – Une île musicale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s