Belarus #1 First impressions

Now that you kind of know how I ended up living in Minsk for 11 months, I think it’s time to tell you how I’m feeling about it. What is life like in Belarus, you may wonder? It’s exactly what I was also wondering before arriving here on a beautiful Monday in September. Well, after almost four months here, I can honestly tell you that, in my opinion, it’s great. But I believe getting used to living in an other country is always kind of a journey – and it’s not easy every day. In the different mobility seminar, youth trainers talk about the « cultural choc » and its different steps. My friend Claire and I were also talking about it last year on the radio, and you can listen our podcast (in French) here (episode 17 of the Radio Campus Bordeaux series).

That’s why I decided to take a few notes, every now and then, when I arrived, so I would have some content by the time I could actually write this article (sometimes I don’t write much but blogging is always on my mind). So, here are my thoughts from a few months ago, as silly as they may sound now (in English, then in French). Bon voyage dans mon cerveau 🙂

img_20180903_143301 (2)
Belarus avec Belavia

 

  • день 2 : That’s too much information // C’est trop d’informations

🇬🇧 Oh. My. God. I kind of forgot how awkward the first day in a new place was like. Litterally everything is new, from people all the way to the alphabet used on every signs and billboards. Not to mention : a new flat, some new flatmates, new food, new responsabilities, new city, new language, new clouds, new name streets with Lenin everywhere, new kind of churches (but that’s a pleasure), new, new, new.
I’m completely lost in this new environment. I have four flatmates : from France, Belgium, Germany and Sweden. We all have between 18 and 27 years old, different stories and different lives, different habits, different demands for the daily routine, and it will be interesting to see how all this will actually organize. It’s kind of a deeply immersive intercultural experience, and yet, level one, as between France, Germany, Sweden and Belgium, it still is more or less consistent. The appartment is located almost outside of the city, in the outskirts of Minsk, at the 10th and last floor of a building, in the middle of a bloc of other buildings completely similar, and I’m not sure if one day I will actually manage to find my way around them. I don’t understand anything at what’s written on the boards that I hardly manage to read and I can’t remember the number of the bus or the trolleybus I’m supposed to take even though my coordinator explained and repeated it to me already a few times, and I don’t know how much cost a ticket or how I can ask for it or how much sixty-five kopeks are in euros. I don’t understand why people can’t stop drinking tea all the time, and why people get up ten minutes before their stop, or why some square with some Belarusian author statue no one ever heard of [NB: sorry about that]  is one of the most famous place of the big Independance Avenue. I don’t know who is Jakob Kolace nor how I’m supposed to write his name nor why no Belarusian I’ve met so far has ever read one of his book. I don’t know why some people say we can’t drink the water from the tap while others say we can. In short, it’s not easy to arrive in a new place !
But, already, today I’m less lost than yesterday, and tomorrow I’ll be less lost than today. Landmarks just take a little bit of time and energy to get organized, and after, I’ll feel like home. It’s the rule my mom always told me : after one night in a new bed, then it’s ours, and you feel like home.

🇫🇷 Je suis complètement perdue dans ce nouvel environnement. J’ai quatre colocataires, un français, une belge, et deux allemandes. Nous avons tous entre 18 et 27 ans, des histoires et des vies différentes, des habitudes, des exigences de routine, et ce sera intéressant de voir comment tout cela va se manifester au quotidien. Une expérience d’interculturalité grandeur nature, et encore niveau 1 car entre la France, l’Allemagne, la Suède et la Belgique, ça reste à peu près cohérent. L’appartement est situé presque en dehors de la ville, au dixième et dernier étage d’un immeuble au milieu d’un bloc d’immeubles tous identiques, et je ne sais pas si je vais réussir à retrouver mon chemin un jour. Je ne comprends rien à ce qui est marqué sur les panneaux que je déchiffre tant bien que mal, je n’arrive pas à retenir le numéro de bus ou de trolleybus qu’on doit prendre alors que ma coordinatrice me l’explique et me le répète moult fois, je ne sais pas combien coûte un ticket ni combien font 65 kopeks en euros. Je ne sais pas pourquoi les gens n’arrêtent pas de boire du thé en permanence, pourquoi les gens se lèvent 10 minutes avant de descendre à leur arrêt, et pourquoi une place avec une statue d’un vague auteur biélorusse inconnu au bataillon [NB : déso] est l’une des places importantes de la grande Avenue de l’Indépendance. Je ne sais pas qui est Jakob Kolace ni comment ça s’écrit ni pourquoi aucun biélorusse n’a jamais rien lu de ce qu’il a écrit. Je ne sais pas pourquoi on ne peut pas boire l’eau du robinet selon certains mais que selon d’autres tout va bien. Bref, c’est pas simple d’arriver dans un nouvel endroit !
Mais déjà, aujourd’hui, je suis moins perdue qu’hier, et demain je serai moins perdue qu’aujourd’hui. Les repères prennent juste un peu de temps avant de se mettre en place, et après, on se sent comme chez soi. C’est la règle, comme dit ma maman : une nuit dans un nouveau lit, et on y est comme à la maison.

hdr
My new office!

 

  • день 14 : We’re getting there // On y arrive

🇬🇧 Two weeks after. I’m figuring more and more things out. I have a phone, I am registered as a foreigner here at the migration office, I downloaded Moovit, the most important app for me here, where I can see the public transport schedule and maps. Days are passing by and follow each other. Step by step, the routine is happening. Supermarket, bus number 123 downstairs or trolleybus number 6 in the corner of the bloc (but it’s a bit further by feet, so I rather wait for the 123 even though it’s coming less often), the midnight tea, the metro station Akademia Navuk where I go off to go to Liga’s office, the office of Liga in itself, where we always meet Olga and Maria, as well as Olya and Tatyana sometimes.
When you find out that actually Olya and Olga has the same first name, Olya being the short version for Olga in Russian (not so shorter though, huh?), but that your colleagues call them differently so we don’t get too confused. Well, in a few days, a daily life comes out of not so much, and I manage to get some marks. Of course, it’s not much : I still continue to read every boards I see written in cyrillic so I believe I’m kind of « training », although it’s very often the same word coming out after minutes of intense concentration (« Informations »). But I’m still proud every time I manage to read it and tell myself, well, this time I read it faster than the last time (you bet).

Short impressions after two weeks in Minsk :

– Minsk is a city with very large roads and pedestrians ways. Pavements are almost as big as the 4 tracks avenues, and the undergrounds to cross the roads are everywhere. Careful, you don’t cross a street any way you want in Minsk, it’s not France. And when there’s no underground way, you have to wait until the little pedestrian sign with a countdown is over, then you have around twenty seconds to get to the other side, so be efficient. [NB: it actually also applied when it’s minus ten and there’s no car around. Trust me. The people of Belarus are of a patient kind.]

– Minsk is a very clean city, and nothing seems to outpass. No electric wires everywhere like the ones I can sometimes encounters in other Southern or Eastern countries, no trash in the street (not even a cigarette butt), even though I’m not sure it’s due to the respectfulness of the people here or to the army of ladies and gentlemens dressed in orange constantly cleaning the street (I guess it’s a bit of both).

– Minsk is a very calm and very pleasant city to live in. Here, one the main thing is to have a walk in one of the gigantic park of the capital city and/or to sit down on one of the millions benchs. Minsk has parks with benches everywhere, and I don’t mean like the parisians « squares », I mean like real foresty park full of fruits trees, fruits you can even pick up or receive on your head when it’s windy. Beware when you decide to go « around the park » : it’s going to take at least three hours of proper hiking. Also, on the main roads, people walk in a calm and relax way. Stress don’t seem to happen so much here, which is a bit odd for a capital city, but really enjoyable. Of course, there is still peak hours for public transports and cars, when you have to fight the babouchkas to get a seat (well, actually, don’t do that), but still people don’t get angry or upset, and they keep their organized system. Minskers get ready one or two stops in advance before getting out of a bus or a metro. One has to adapt…

Strangely enough, when someone asks me about my first impression of Minsk, it’s all about public transports, cleanliness and politness, which is surprising as I would never consider those as criteria for a city appreciation. Maybe it’s because I didn’t expect it? The capital city of Belarus, almost completely reconstructed after the war in what we call in western Europe a « very stalinian style », doesn’t have anything to do with other capital cities of eastern and post-communist countries, like Belgrade or Bucarest. I’m looking for notes that denote, but I haven’t really find them yet. I guess I’ll have to visit other cities for that.

🇫🇷 Les jours passent et s’enchaînent. Petit à petit, une sorte de routine s’installe déjà. Le supermarché, le bus numéro 123 qui passe en bas de chez nous, le trolley bus numéro 6, qui passe à l’angle du bloc (mais c’est un peu loin à pied, alors je préfère attendre le 123 même s’il passe moins souvent), le thé de minuit, la station de métro Akademia Navuk où on descend pour aller à LIGA, le bureau de Liga en lui même, où on retrouve toujours Olga et Maria, et aussi Olya et Tatiana.
Quand tu découvres que Olya et Olga sont en fait le même prénom (Olya étant le diminutif de Olga), mais que tes collègues font la différence pour pas que tout le monde soit perdu.
Bref, en quelques jours, un quotidien naît de pas grand chose, et on prend ses repères. Bien sûr, ce n’est qu’un début : je continue à déchiffrer frénétiquement tous les panneaux écrits en cyrilliques que je croise pour m’entraîner, et même si c’est souvent le même mot qui ressort (« Informations »), je garde toujours une fierté à réussir à le lire et me dit que cette fois, je l’ai lu plus vite que la dernière fois (tu parles).

Petites impressions après deux premières semaines à Minsk :

– Minsk est une ville aux grandes artères routières et piétonnes. Les trottoirs sont presque aussi larges que les 4 voies, et les sous-terrains pour traverser les rues sont légions – attention, on ne traverse pas n’importe comment à Minsk, ce n’est pas la France. Et quand il n’y a pas de passage sous-terrain, et bien, il faut attendre que le compte en rebours du passage piéton nous laisse les vingt secondes réglementaires pour aller de l’autre côté de la rue. Même quand il neige. Même quand il fait moins dix. Même quand on est pressé. Minsk enseigne la patience.

– Minsk est une ville très propre, où rien ne semble vraiment dépasser – pas de fils électriques qui pendouillent n’importe comment, pas de déchets dans la rue (même pas de mégots) bien qu’on ne sache pas trop si on doive cela au respect du bien commun des habitants ou à la brigade de messieurs dames en orange qui nettoient les rues. Sûrement un peu des deux.

– Minsk est une ville calme et agréable à vivre – ici, l’un des principaux loisirs est d’aller se balader dans l’un des parcs gigantesques, de s’asseoir sur l’un des milliers de bancs, et d’y discuter de longues heures (quand la météo le permet). La ville a plein de parcs disséminés un peu partout, et quand je dis parc, je ne parle pas des squares parisiens, mais de véritables forêts d’arbres fruitiers où l’on peut cueillir quelques pommes ou les laisser tomber au gré du vent. Mais attention quand vous dites que vous allez faire le tour du parc : vous en avez pour trois heures facilement, ce n’est pas de tout repos ! Aussi, dans les grandes allées du centre-ville, le pas est détendu – certes il y a l’heure de pointe pour les voitures et le métro, mais les Minskois restent d’une organisation sans faille – pour descendre d’un transport, merci de vous préparer un arrêt à l’avance. Il a fallu s’adapter…

Bizarrement, quand on me demande la première impression sur Minsk, ce sont des réflexions sur le transport, la propreté et la politesse qui sortent en premier, ce qui est assez étonnant car ce ne sont vraiment pas des critères d’appréciations d’une ville pour moi d’habitude. Peut être est-ce parce que je ne m’y attendais pas ? La capitale biélorusse, presque entièrement reconstruite après la guerre dans un ordre très stalinien, n’a rien a voir avec d’autres capitales de pays post-soviétiques comme Belgrade ou Bucarest, auxquelles je trouve un charme bien plus chaotique. A Minsk, je cherche des petites notes qui détonnent, mais je ne les ai pas encore vraiment trouvées. J’imagine qu’il faudra visiter d’autres villes pour cela.

hdr
Ancien moulin en ruine dans le parc de Lochitsa

 

  • день 20 : The day Diedouchka smiled at me // Le jour ou Diedouchka m’a souri

🇬🇧 I was having a good day, getting more confident about finding my way around in Minsk, when I got too confident. As I do sometimes when I get lost and my brain tries to find a solution that doesn’t involve talking to a stranger on the street, I took a bad decision that led me on the wrong bus stop, super far away. But, while I was sitting on the bus, next to some old guy, something happened. I was carrying so many bags with me, and he noticed I was not confortable so he simply told me to put my bags in front even if it was a bit over his spot. Well I guessed he said something like that, I didn’t understand anything, you can imagine. And when I got off the bus, he smiled at me. My first smile from a complete stranger who happens to be a nice grandpa. I was so happy, I didn’t even care anymore about having to take the bus the other way around.

🇫🇷 J’étais en train de passer une bonne journée, prenant petit à petit confiance sur mon orientation dans les rues de Minsk (pourtant pas si compliquées), jusqu’à ce que je prenne trop la confiance, justement. Et, évidemment je me suis perdue, et, évidemment j’ai essayé de m’en sortir sans devoir (oh non, jamais !) parler à qui que ce soit dans mon russe plus que balbutiant. Bref, j’ai pris un mauvais bus, qui m’a amené à un mauvais arrêt super loin. Mais, alors que j’étais assise dans le bus à coté d’un vieux monsieur, quelque chose s’est produit. Je transportais trois millions de sacs, et lorsqu’il a remarqué que je ne savais pas comment les poser sans déborder sur sa place, il m’a invité à les mettre là où je pouvais et que ça irait très bien (enfin, quelque chose comme ça, parce qu’évidemment je n’ai aucune idée de ce qu’il a vraiment dit). Et quand je suis descendue du bus à l’arrêt suivant, complètement paumée, il m’a souri à travers la vitre. Mon premier sourire d’un total inconnu, qui n’était autre qu’un gentil papy. J’étais tellement contente, que ça m’était égale de devoir reprendre le bus dans l’autre sens.

Sometimes it’s really about the small things.

img_5878 (3)
La petite plante pour la maison

 

  • день 29 : Back from Ukraine // De retour d’Ukraine

🇬🇧 We are back from our « on-arrival training » in Ukraine. Agathe, a fellow EVS volunteer in the same association and in the same « Communication through Art » project, and I, left for around 10 days, among them two days of travelling, three days of tourism and five days of intense activities. During this occasion, I met many other young Europeans volunteering mostly in Moldova, but also in Ukraine or in Belarus, like us.

What happens during a « on-arrival training » ? Good question, that probably deserves a whole article in itself, but basically, it’s about checking how everyone is feeling after a few weeks in a project abroad, sharing experiences, getting intercultural knowledge, learning through non-formal education, crisis management, non-violent communication skills, networking, and, last but not least, having fun.

So, we had the chance to visit the village of Slavske in the Carpatians moutains (although the moutains stayed as a nice view from our training room window), as well as the city of Lviv, thanks to the international bus schedule that didn’t fit very well and « force us » to spend a few days in this beautiful place.
Lviv is a very touristic city. It has many charming paved roads, nice and old and beautiful buildings with pastel colors, tramway tracks that seem to have been organized completely randomly, electric wires everywhere (you know, the ones we don’t have in Minsk), many museums and events, and a lot of young people who come here to party. The city is well-known for its numerous theme bars and restaurants, and sometimes you even need a password to get in. We visited a secret free-masons bar on the second floor of some building, with very expansive prices unless you own the local Lviv’s card (but of course, it is not mentionned anywhere, because it’s secret, because it’s cool). In the basement of the same building, there is also a bar called « Partizan » where you feel the atmosphere of the resistance during World War Two, when sirens start screaming in the middle of a folk song.
The russian language, although understood by everyone (as in Belarus), is very often rejected by the local people, who are super happy to teach you a few ukrainian words instead. Souvenirs stands have paper toilet with Putin’s face on it, which can give you a hint on how they like the russian government around here, mostly because of the war that is still going on in the Eastern part of the country. Official buildings often have a European Union flag on them as well, so it’s quite clear on which side the Western part of the country is.
War is still a very sensitive and important topic here, as I said, because it’s still going on. There is a billboard at the entrance of every village or city with photos of the soldiers who died, and well, people just talk about it very often. About this, I would suggest to visit the cemetery of Lviv « Lichakivskyi », because it has at the same time a super-old and a super-recent activity, that gives it a strange atmosphere: like if you were visiting history in real life.

We stayed at the Dream Hostel, and I just love this place. I mean, I would actually like to live there forever, you know. The bed were so comfortable. Just perfect.

🇫🇷 On est rentrées de notre on-arrival training en Ukraine. Nous sommes parties environ 10 jours, parmi lesquels deux jours de voyages, et 3 jours de tourisme, pour 5 jours d’activités. À cette occasion, nous avons rencontré de nombreux autres volontaires engagés principalement en Moldavie, mais également quelques-uns en Ukraine ou au Belarus.

Quels sont les sujets abordés lors d’un on-arrival training et à quoi s’attendre ? C’est une bonne question qui mériterait un article entier tellement le sujet est vaste, mais en gros, c’est surtout pour vérifier que tout va bien après quelques semaines de projet à l’étranger, partager nos premières expériences et nos premières difficultés (ou surprises), aborder l’interculturel, l’éducation non-formelle, la gestion de crise, la communication non-violente, réseauter et, enfin, s’amuser (quand même).

Nous avons donc eu la chance de visiter le village de Slavske dans les Carpates, ainsi que Lviv, une ville très touristique dans l’ouest du pays, et ce pour des raisons assez évidentes ! Les montagnes, elles, sont malheureusement restées une jolie vue depuis les fenêtres de notre salle d’activités.
La ville de Lviv est principalement pavée, avec de jolis immeubles colorés à l’ancienne, des voies de trams toutes emmêlées, des wagons plus vieux que moi (de loin), des fils électriques suspendus au dessus de nos têtes, de nombreux musées et événements, et beaucoup de jeunes qui viennent s’y balader et y faire la fête. La ville est réputée pour ses nombreux bars et restaurants thématiques, certains pour lesquels il faut même un mot de passe ! On est pas au bout de nos surprises quand on découvre un bar franc-maçon, à des prix défiants toute concurrence mais dans le mauvais sens, divisés par dix dès lors qu’on possède la carte « locale » lvivoise. Il y a aussi, deux étages en dessous, le bar sous terrain Kryivka qui remet dans l’ambiance de la seconde guerre mondiale quand les sirènes se mettent à sonner en plein milieu d’un morceau folk traditionnel.
La langue russe bien que comprise par tous, est souvent rejetée par les locaux, qui seront en revanche ravis de vous apprendre quelques mots d’Ukrainien à la place. Les stands de souvenirs vendent du papier toilette à l’effigie de Vladimir Poutine, signe encore que l’emprise russe sur le pays, toujours en guerre à l’Est du territoire, n’est pas la bienvenue. Il n’est également pas rare de croiser le drapeau de l’Union européenne sur les bâtiments officiels, témoin encore de la pensée politique dominante dans l’Ouest de l’Ukraine.
La guerre est présente dans la conscience collective, avec à l’entrée de chaque ville et village, un panneau à la mémoire des soldats tombés au front. À ce sujet, le cimetière « Lichakivskyi » est un lieu à visiter, par son ancienneté et paradoxalement son actualité.

Nous sommes restées au Dream Hostel pendant cette escapade, que je recommande fortement – idéalement, j’aimerais bien m’y installer pour toujours, c’est vous dire à quel point j’ai aimé cet endroit.

img_5750 (2)
Vue du cimetière
  • день 42 : Why life:) is not that simple

🇬🇧 When one lives abroad, there are many strange, awkward, sometimes even funny or annoying situtations to be experienced. Not to be able to communicate in the local language can lead to some complete incomprehension. It happened to me last week, while I was looking to charge my internet credit on my phone in one of the life:) shop, a local communication operator (where I got the title of this part from). I really thought it would be easy : I would go there, ask to the guy if he’d speak english, he wouldn’t, but somehow, I would manage to explain and it would be done in a few minutes. Of course, it wasn’t that easy, as apparently you can’t charge your phone credit in one of the operator shop, there are special places for that. Where? I had no idea. So after a few awkward minutes, a conversation via google translate app, then through calling someone else and putting him on speaker so he could translate, I finally understood I was not in the right place.
But this kind of situtation can occur in a lot of different ways. For example, once, while I was on the bus (yes, I spend a lot of time in the bus), a lady started talking to me into leaving my seat to another lady (who didn’t seem that old in my opinion, but well). Except that I only understand what she meant a few seconds too late, therefore I had the most awkward reaction ever, which is looking at her in a very confused way, ignoring her and looking back at the window again. I couldn’t even use my magic phrase « Ya nié gavariou parouski » (« I don’t speak russian »). I just didn’t know what else to do.
And the other day, I found out that here, cinema ticket are sold with a seat number. You can’t just seat anywhere you want like in France. So, I just sat anywhere, until a girl came to me and told me I stole her spot. Luckily, she was speaking english, so I could have a better reaction this time. Of course, none of those experiences are dramatic, and it’s silly, somehow, to feel silly about them. But still I felt silly.

🇫🇷 Quand on vit à l’étranger, il y a beaucoup de moments cocasses, étranges, parfois drôles et parfois agaçants, toujours déconcertants… Ne pas être capable de communiquer dans la langue locale peut amener et des situations d’incompréhension la plus totale.
Cela m’est arrivée la semaine dernière, alors que je cherchais à recharger mon crédit internet dans l’un des magasin life:) un opérateur local. Je me disais que ce serait facile, que j’irais dans le magasin, demanderais si la personne parle anglais, elle me dirait que non, mais quand même, on arriverait à se comprendre et tout cela serait terminé en quelques minutes. Mais ce n’était pas si facile, car apparemment, on ne peut pas recharger son crédit dans les magasins de l’opérateur, il faut aller ailleurs, où, je ne sais pas. Alors après quelques minutes d’une drôle de conversation ponctuée de silence, d’une tentative d’échange via google traduction, puis d’un appel téléphonique à une personne tierce qui pourrait nous servir de traducteur live en haut-parleur, j’ai enfin compris que je n’étais pas au bon endroit.
Mais, ce genre de situation arrive dans bien d’autres cas. Par exemple, une fois, alors que j’étais dans le bus (oui, je prends souvent le bus), une dame m’a adressée la parole m’indiquant qu’il serait souhaitable que je laisse ma place à une autre dame (qui n’avait pas l’air si vieille que ça, mais bon). Sauf que ça, je ne l’ai compris qu’après, et sur le moment, j’ai tout simplement paniqué. Je n’ai même pas réussi à sortir la phrase magique « Ya nié gavariou parouski » (Je ne parle pas russe), et j’ai tout bonnement ignoré la dame en regardant par la fenêtre avec le coeur qui bat, car je ne savais pas quoi faire d’autre.
Et l’autre jour, j’ai découvert qu’ici, les places de cinéma n’étaient pas vendues en placement libre. Je me suis donc assise n’importe où, en bonne française que je suis, jusqu’à ce qu’une fille vienne me dire que je lui avait piqué sa place. Evidemment, tout cela n’est pas dramatique, et c’est bête, quelque part, de se sentir bête. Mais on se sent bête quand même.

img_6018 (2)
Je patauge au sens propre comme au figuré dans les marécages biélorusses

 

En espérant que ces allers et venues dans ma petite tête vous ont plu. If there was one thing to remember : to settle in a new place is never easy, sometimes even challenging, but always so rewarding 🙂

PS : Top photo of this article is taken in the « sandbox » (« песочница »), a very cool place that opened last summer in Minsk. Worth the visit!

7 réflexions sur “Belarus #1 First impressions

  1. Qu’elle est belle cette phrase de Violaine : « Une nuit dans un nouveau lit, et on y est comme à la maison. » C’est un peu vrai, une journée et une nuit passées en SVE, et la suite était déjà plus facile.

    C’est super touchant de pouvoir lire ton aventure comme cela sur un blog, j’apprécie énormément de pouvoir suivre ton parcours, tes joies et tes doutes.
    Et quel énorme bouquet d’émotions ressentons-nous durant ce volontariat à l’étranger ! Très candidement je ne m’y attendais pas et puis le tractopelle d’émotions a bien fait son travail et m’a complètement ensevelie aha.

    Comme pour toi, tous les jours de sont pas faciles à vivre, surtout lorsque l’on ne comprend pas la langue. Parfois j’en ai juste marre d’être perdue, de ne pas savoir pourquoi tous les trains sont annulés, de ne pas pouvoir rire aux blagues des collègues, de constamment m’accoutumer à un management Danois parfois trop différent de tout ce que je connais.
    Et puis, à l’inverse, certains jours sont SU-PER ! Surtout quand je réalise à quel point j’ai réussi à m’adapter à tout : quand je vais au supermarché et que je parle danois au caissier, quand j’entamme un début de conservation en danois avec mes collègues, quand je combine trains de ville, bus et trains régionaux en courant entre mes correspondaces et en ne doutant pas une seconde. En quelques mois, la routine s’est installée et je suis un peu comme à la maison.
    Ce qui est super aussi, au delà du fait que je me sois adaptée, c’est de voir que les Danois que je côtoie régulièrement se sont adaptés à moi aussi. Au tout début de mon projet, je souffrais d’un manque d’interractions sociales au travail. Et depuis, lorsqu’il nous arrive de déjeuner tous ensemble, attablés, et que nous discutons, je me dis qu’il est bien loin le temps où ils s’enfilaient un morceau de pain en 5min et retournaient directement au travail.

    Bien-sûr rien n’est parfait, mais rien n’est horrible non plus.
    Certains jours sont géniaux, d’autres moyens et d’autres nuls. Je pense que c’est aussi une facon de se rendre compte que le quotidien reprend toujours le dessus, et que peu importe où nous nous trouvons, la vie est faîte de hauts et de bas.
    Toi mon Bibou, comme moi, nous avons bien grandies durant ces quelques mois. Maintenant il nous en reste plein à vivre, alors profitons et grandissons encore un peu.

    Plein de bisous

    Aimé par 1 personne

  2. Hey, Ingrid, I was reading and smiling. It’s interesting to read about the city and people whom I think I know well and then suddenly: get ready one or two stops in advance before getting out of a bus or a metro. I checked, haha, it’s true. So, cool you decided to write, I’m curious.

    By the way I usually advice not to drink water from the tap 😂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s